Pourquoi dit-on « l’habit ne fait pas le moine » ?

Cette expression signifie qu’il ne faut pas se fier aux apparences, et qu’il faut donc éviter de juger les personnes sur leur physique et les habits qu’elles portent. Mais pourquoi cette expression se réfère à un moine ?

La ruse du cheval de Troie

L’origine de cet adage remonterait aux XIIIème siècle. En 1297, François Grimaldi, dont la descendance règne encore sur la principauté de Monaco, a une idée pour le moins originale afin de s’emparer du château monégasque. Il décide de rejouer une version plus moderne du cheval de Troie en se faisant passer pour un moine franciscain. Une fois l’asile accordée, il profite que la nuit tombe pour ouvrir les portes du château à ses soldats qui attendaient dehors et ainsi s’en emparer. Il y régnera 4 années avant que les génois ne reprennent à leur tour la forteresse. Il faudra attendre un siècle plus tard pour voir la famille Grimaldi définitivement régner sur le rocher.

Afin de marquer cet événement, considéré comme fondateur de la principauté de Monaco, les armoiries de Monaco arborent ainsi 2 moines franciscains brandissant une épée de part et d’autre de l’écu.

Des moines pas si sages

Une autre origine à cette expression serait à trouver du côté du comportement des moines eux-mêmes. Au XIIIème siècle toujours, le pape de l’époque, Grégoire IX, écrivit une lettre dans laquelle il critiquait le comportement de certains moines de l’époque, qui allait à l’encontre de la religion. Ils buvaient, couraient les filles ou encore cherchaient la richesse par tous moyens. Ces moines de petite vertu présentaient malgré tout une apparence d’homme d’église vertueux.

L’info en plus : l’ordre des franciscains est un ordre religieux fondé en 1209 par François d’Assise. Il met avant tout l’accent sur la pauvreté et l’humilité. Une division entre les adeptes d’une vie plus douce et les défenseurs du maintient de la règle originelle donnera lieu à une séparation en 1517, jusqu’en 1897. Depuis le XIVe siècle, les franciscains sont les gardiens du Saint-Sépulcre (le tombeau de Jésus) à Jérusalem.

Vikidia
Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.