Pourquoi le chocolat est menacé de disparaître ?

Amateurs de chocolat, vous voilà prévenus. D’après une récente étude de l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, le chocolat pourrait bien définitivement disparaître d’ici 2050. Ceci à cause du réchauffement climatique.

La transformation de la plante de cacao en chocolat

Tout d’abord, revenons brièvement sur le processus de fabrication du chocolat. Le chocolat est issu de la plante de cacao, le cacaoyer, dont le fruit est récolté deux fois par an. Ce fruit contient les fèves de chocolat, qui, une fois séchées, sont acheminées vers les centres de transformation. Dans ces centre, la fève y est ainsi grillée, c’est la torréfaction, puis concassée en petits morceaux. Vient ensuite l’étape du broyage qui permet d’obtenir une pâte à laquelle on ajoute le sucre et le beurre de cacao. C’est cette pâte qui, une fois mélangée, sera moulée pour obtenir les tablettes de chocolat que l’on connait bien.

Un réchauffement climatique aux conséquences néfastes

On ne le sait que trop bien, le réchauffement climatique est une catastrophe pour les écosystèmes, et le cacaoyer n’échappe pas à la règle. Les scientifiques qui se sont penchés sur la question ont conclu que l’augmentation des températures, actuellement estimé à 2,1 °c à la surface de la Terre d’ici 2050, pourrait avoir des conséquences directes sur la survie des cacaoyers.

Ces derniers ont en effet des besoins très spécifiques, notamment une humidité importante, raison pour laquelle ils ne sont cultivés que dans les régions proches de l’Equateur. Les deux principaux pays producteurs, représentant à eux seuls la moitié de la production mondiale de cacao, étant le Ghana et la Côte d’Ivoire. Or, l’augmentation des températures entrainerait un inévitable asséchement des sols, qui conduirait à la disparition des plants de cacao, et donc du chocolat.

Au désastre écologique qui toucherait ces riches écosystème, viendrait s’ajouter un désastre économique pour ces régions qui dépendent beaucoup des revenus générés par la vente de cacao.

Des solutions à trouver

Bien conscients du problème, certains industriels du secteur, dont le groupe Mars, ont déjà lancé les travaux de recherches afin de mettre au point des plants résistants aux effets du changement climatique.

Mais plus globalement, c’est bien des actions concrètes visant à réduire l’augmentation des températures qui permettra de répondre durablement aux défis posés par le réchauffement climatique, afin de le rendre le plus faible possible, et permettre ainsi aux plantes elles-mêmes de s’adapter.

L’info en plus : il est scientifiquement prouvé que la consommation modérée de chocolat noir a un effet bénéfique sur la santé. Ainsi, il est un anti-dépresseur naturel grâce notamment au magnésium qu’il contient. Il stimulerait également le cerveau et aurait une action préventive contre les maladies cardio-vasculaires. A noter que le chocolat au lait contient moins de cacao que le chocolat noir, ces bienfaits sont donc diminués, d’autant plus qu’il contient davantage de sucre. Quant au chocolat blanc, il est dépourvu de cacao, et il ne contient plus que du beurre de cacao, du sucre et du lait. Il est donc très pauvre en nutriments et est à consommer avec une grande modération.

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.